Carnet de route

WE Snowboard - Vallées du Queyras

Le 01/02/2020 par Laura et Jeanne

Samedi 1er février 2020 - Villargaudin - Clot la Chalp (deniv : 600m)

Suite à un problème lié à la maladie populairement nommé “mémoire de poisson rouge” ce compte-rendu sera peut être un peu loin de la réalité ou même de la vérité, mais finalement qu’est ce que la vérité ?  

Réveil 4h30. Elaboration du sac. Garé à la Marseillaise. Départ du centre ville, 5h30. Trajet nickel et arrêt 15 min à la boulangerie pour le repas du midi. Nous rencontrons les premiers cafistes de la sortie dans la queue des toilettes... cela reste le meilleur lieu de rencontre dans tout événement festif et sportif ! Malheureusement cette courte pause nous retarde sur l’horaire du point de rdv de Villargaudin, mais Phillippe (que je nommerai Philou) nous accueille avec un rassurant “vous inquiétez pas”. Les gens ont l’air sympa (faut-il se fier aux premières impressions ?). Puis la tension monte, faut quand même commencer à accélérer l’mouvement, on n’est pas la pour déconner. Je fais monter un peu la dramaturgie, ambiance grosse expé.   

9h45. Risque d’avalanche 3/4. Après un tour de magie pour accrocher mon snow sur le sac, les raquettes aux pieds, on commence l’aventure par un débriefing rapide et un check de DVA. Pierre, encadrant en formation, entre autre mille talents de magicien, passe devant et “pose” sa trace. Les trois splitboards sont devant, parce qu’ils seraient plus rapides... Puis suit la débutante/moi et par ordre croissant du mauvais au meilleur, avec en “serre Phil”, la crème de la crème, notre champion des cimes, alpiniste freerider de renom et surtout grand connaisseur de vin de refuge, Philou. Les langues matinales se délient et la belle énergie de groupe s’installe. 

Au moment de la première montée en zigzag, le snow ballant, ayant un goût particulier involontaire pour braver les interdits, je coupe la trace pour monter face à la pente (je trouvais ça plus facile que de marcher comme un dahut). Pierre a su déjouer mon attention en proposant de suivre sa trace pour faire “travailler la technique du pas de côté”. 500 mètres de dénivelé et 2h(?) plus tard on arrive au sommet, Le clot laChalp. Mon horloge biologique de la faim sonne, on est arrivé parfait. Alors que je commence à sortir mon sandwich, je ne comprends pas ce qui se passe… tout le monde est en action, ils accrochent leurs raquettes sur le sac, resserrent leurs boots, s’assoient au sol pour mettre leurs snow … haaaaaaa, on repart direct ? ok, chaud, la neige n’est pas très bonne et ne risque que d’empirer, notre âme de freerider prend le dessus et c’est partie pour une descente à l’aise dans les melezes. 

La neige est humide, lourde et collante, mais on arrive à slalomer entre les arbres. Pour mon grand numéro, j’ai proposé une descente artistique originale dont seul Philou a eu la chance de voir la totalité du spectacle : plusieurs pirouettes ingénieuses, glissades sur le ventre ET sur le dos, roulades et surtout la grande technique du switch qui permet de descendre une pente raide sans jamais changer de carre, attention à ne pas confondre avec la feuille morte (me contacter pour de plus amples informations). Me retrouvant souvent la tête face au doux manteau neigeux je n’ai pas trop pu repérer les propositions artistiques des autres participants qui me paraissaient tout de même un peu trop classique : glissade sur le snow tout du long, virages légèrements couchés avec la main effleurant à peine le sol, des petits sauts “grabé” (du vb anglais to grab : attraper)...
On était déjà arrivé en bas, 30 minutes plus tard ! Malheur, je me rends compte que mon snow était monté à l’envers, j’avais le derrière du snow à l’avant ! (sans vouloir passer pour la meuf qui se justifie). Nez dans la poudre ou pas, le smile et la motivation ne nous ont pas quittés. 

Philou avait dealé avec un vieux monsieur de la montagne pour qu’on puisse utiliser la “terrasse” de son habitation pour manger notre repas à l’abris (cf photo). Quel joie de découvrir les visages souriants jusqu’aux oreilles et les cheveux ébouriffés de nos collègues d’aventure.

Et parce qu’on en veut toujours plus, Raphaël nous fait un super cours sur comment réagir en cas d'avalanche et on en profite pour faire un premier exercice de recherche avec trois faux-corps placés sous la neige à 2m (les 3 splitters se sont proposés, mais on n’a pas accepté pour des raisons de sécurité), 13 minutes … ils seraient peut-être en mauvais état. On s’échauffait, l’équipe n’était pas suffisamment coordonnée, petit manque de communication et d’écoute, mais on est capable de mieux ! En attendant la seconde cachette de DVA, on avait encore beaucoup d'énergie à dépenser alors on s’est entraîné à déneiger tout un pan de muret à coup de pelle. Deuxième essai, 8 minutes ! J’avoue j’étais Lead avec une équipe en OR, dont je ne nommerais que Clémentine, grande spécialiste dans la recherche de corps, 2 corps en 8 min (au cas ou vous avez besoin j’ai son 07). 

La surprise est à son comble alors qu’on découvre que les cacheurs de DVA avaient aussi concocté “un kick pour manger de la peuf” (une bosse pour sauter dans la poudreuse). J’ai beaucoup apprécié ces courageux qui nous ont proposé des figures originales : équilibre sur une main, arrivé sur épaule, réception avec la tête… (cf photos)

Je ne rentrerai pas dans les détails de ce qui s’est passé ensuite … tout ce qui se passe au gîte des Astragales reste aux Astragales. Rapidos : beau refuge en bois, local a matos bien fermé la nuit (vérifié par Fred), chauffe chaussure de ski (penser à appuyer sur le bouton ON), séance de yoga by Jeanne à douze dans 20 m2 (bon moyen de se rapprocher et découvrir l’anatomie des autres), sauna à plus que le nb autorisé, gardien rigide, gardienne gentille, repas adapté à tous les régimes (dont au vinotarianisme), certaines personnes à cheval sur la justice, d’autres sur le vin et même un rhum arrangé (grâce à Julie), et puis en fin de soirée l’annonce de la course du lendemain, the one, celle qui nous correspond, en totale osmose avec le temps prévue et la neige. On a de la chance d’avoir des encadrants au top ! La soirée se termine en beauté pas un très beau solo de ronflage qui nous a bercé toute la nuit et qui nous a appris l’acceptation.

Ps : Encore merci à la mère de Jojo qui nous a accompagné sans le savoir tout le week end. 

LOVE à tous 
Laura De la Torre

Dimanche 2 février :

Après un début soirée qui commençait sous le signe du bien-être avec une séance de yoga et de sauna, les 12 chevaliers se rassemblèrent autour de la table ronde qui était rectangulaire, pour un gueuleton arrosé de bières des Hautes-Alpes et autres liqueurs artisanales dont la fameuse liqueur de l’Estaque de Dame Julie. Malgré les rires, la joie et l’ivresse de la première journée passée ensemble…… l’heure était grave…. 

Chevaliers Philou et Pierrot prirent la parole :
« OyéOyé Chevaliers !!!…l’heure est grave, cette nuit pas de gel annoncé et une vague de redoux est prévue à partir de demain. Les faces Sud, Est, Ouest sont trop risquées.
Pour éviter tout danger, demain, nous partirons dès l’aube pour être au plus tôt du jour en selle sur nos fidèles destriers et nous gravirons une face Nord à la recherche du Graal. Après cette heure il sera trop tard.
Aussi Chevalier soyez forts, chaque minute compte dans cette quête… »
C’est ainsi, après un réveil embrumé, qu’au petit matin du 2 février 2020 les 12 chevaliers s’élancèrent à la recherche du Graal vers l’ascension du Pic Cascavelier 2576 m.

La troupe s’organise comme la veille, après la traditionnelle vérification des ARVAs en mode émission/réception, les 3 chevaliers spliteurs passent devant le groupe et les 9 chevaliers raquetteurs derrière.
La première partie de l’ascension, se déroule dans le bois du Moulin, sur petits sentiers dans les Mélèzes (arbres que certains d’entre nous chérissent particulièrement, tantôt pour leur succulente liqueur et tantôt pour leur pouvoir d’attraction irrésistible que nous appelons communément the « Merge »).

Les 3 Chevaliers spliteurs galèrent un peu sur leurs montures à cause de quelques portions glissantes, les raquetteurs quant à eux assistent ainsi à leur démonstration de souplesse (fente basse, grand écart, planche…) et profitent du superbe paysage.  
La première pause se fera à la cabane de Lamanon, (jolie Mas de Provence avec possibilité de suite parentale et piscinable) avec en prime un superbe levé de soleil et une vue magnifique sur le Vallon du Châtelard (la vue d’une gueule de baleine sur le versant opposé plait moins aux Chevaliers Philou et Pierrot)
Après avoir repris quelques forces avec diverses victuailles de survie (graines, racines…) les 12 Chevaliers repartirent à la recherche du Graal.

La dernière partie de l’ascension concentre la plus grosse partie du dénivelé et là quelques difficultés viennent pimenter cette ascension.

Chevaliers Philou et Pierrot prirent la parole :
« OyéOyé Chevaliers !!!…comme vous le savez, le risque d’avalanche n’est pas neutre et nous nous devons d’être très prudent.
Chaque Chevalier partira seul, et nous garderons un écart de 50 m entre chacun, si l’un de nous s’arrête la troupe doit s’arrêter pour respecter cette distance, nous monterons en zigzag afin de réguler l’effort et de ne pas perturber le manteau neigeux, aussi suivez la trace de Chevalier Pierrot. »

Sur ces paroles la troupe se remis en marche respectant cette consigne de sécurité.
10mn plus tard alors que les chevaliers progressaient selon la consigne et se mettaient petit à petit en ordre de marche, 50m……50m……50m…, une horde de barbares skieurs arriva telle un troupeau de mammouths, et ratissa la pente en ligne droite tel des bulldozers coupant la route et les zigzags de la troupe …
Les 12 chevaliers ne se laissèrent pas démonter et continuèrent leur ascension en zigzag à 50 m les uns des autres.

Après quelques arrêts, notamment un assez long de Chevalier Calamity Jane qui galérait à mettre ses couteaux (elle en avait marre des exercices de souplesse en milieu risqué), la troupe arriva au sommet du Pic de Cascavelier après 750 m et 2h30 d’ascension.

Là, le paysage était somptueux, époustouflant, des sommets à perte de vue…...
Chevaliers Philou et Pierrot prirent la parole :
 « OyéOyé Chevaliers !!!…Le vent souffle, le temps passe et les températures montent, ne trainons pas et redescendons, nous ne trouverons pas le Graal en haut de ce Pic. ». 
Sitôt dit sitôt fait, les 12 Chevaliers parés de leurs armures s’élancèrent dans la pente pour un pur moment de bonheur.
Une couche de neige dense mais pas trop, un vallon vierge de tout arbre, une pente joueuse, la première partie de la descente s’avèrera être « jouissive ».
A la fin de la première partie, la troupe décida de poser le camp pour pique-niquer, puis la menace de la gueule de baleine dissuada Chevaliers Philou et Pierrot qui préférèrent continuer et s’arrêter au point de départ.
Les 12 Chevaliers reprirent alors la descente en longeant le torrent de Curlet et retrouvèrent leurs amis les Mélèzes et quelques autres petites difficultés techniques pour les plus débutants, liées au terrain. 

Au milieu de la descente un bruit sourd se fit entendre au loin sur le versant face à eux, la gueule de baleine venait de se décrocher …. Chevaliers Philou et Pierrot avaient raison de s’inquiéter et ont super bien géré le timing.
Les 12 Chevaliers finirent leur conquête du Graal par un pic-nic avec vue sur la vallée, et un dernier verre dans une Taverne.
Chacun repartit de son côté avec en tête pleins de belles images, de bons souvenirs de moments partagés et surtout cette conclusion :
« Peu importe où nous allons, peu importe  la destination, le Graal se trouve à chaque instant sur le chemin qui y mène et il se trouve surtout dans chaque instant sur le chemin que nous empruntons au retour »

Jeanne

 

Les PHOTOS : https://photos.app.goo.gl/HSmePxvrhjLW914s5






CLUB ALPIN FRANCAIS MARSEILLE PROVENCE
14 QUAI DE RIVE NEUVE
13007  MARSEILLE
Contactez-nous
Tél. 04 91 54 25 84
Permanences :
Hiver : lundi 16h-18h30 et jeudi 18h-20h30 et Eté : jeudi 18h-20h

Grand Site Sainte Victoire

image Plus d'infos

PNR Sainte-Baume

image Plus d'infos

Parc National des Calanques

image Plus d'infos
Agenda