Carnet de route

3 jours cabane en Ubaye

Le 10/04/2019 par Lapebie - Julie

Vendredi matin levée 4h, je récupère Alexandre à Marseille et on se retrouve en route avec Pierre puis Philippe. On file à Fouillouse en Ubaye pour 3 jours de snowboard et cabane après une chute de neige inattendue !!

Chargés comme des mules, les sacs pleins de trésors pour tenir en montagne, Philou avec quelques bûches et branchages du Lubéron sur le dos, Alexandre lesté comme s’il partait au bled, Pierrot tirant un traîneau improvisé de bois, on progresse en tirant la langue vers la cabane des Aoupets (http://www.refuges.info/point/4260/cabane-non-gardee/Ubaye/cabane-des-Aoupets/), 500m plus haut. Le troupeau de chamois nous nargue. Nous sommes si lents que le temps d’y déposer nos affaires, pique-niquer et rechausser nos raquettes, il est vraiment trop tard pour attaquer l’ascension du Massour initialement prévue : http://www.skitour.fr/sorties/le-massour,64807.html. On cherche et tente une autre petite course de repli mais sans succès… Il fait vraiment trop chaud et tout est plein sud, c'est quand même le printemps, avec un BRA à 3. On rentre donc chez nous à la cabane. Épuisés. Pour 500m D+... enfin, on vote à l’unanimité que c’était plutôt 800. Pas de regrets, en fin de journée toutes les faces sont pleines de coulées. Mission bois pour certains et sieste pour d’autres… Première soirée au chaud dans la cabane. On mange et boit comme des rois, on dort duvets ouverts, c’est le luxe.

Deuxième jour, lever 6h30, ascension donc du Massour, pas de soleil, le brouillard cerne les sommets et le vent souffle fort. On progresse têtes baissées dans la pente raide dès le départ. On se relaie sur la trace. Nous sommes seuls dans la montagne, seule la neige fouettée par le vent semble vivre. Merveilleux vallon suspendu. Le brouillard nous guette de plus en plus. On chausse les crampons pour la dernière partie et piolet en main, Pierrot nous fait la trace tout droit vers le sommet. On y arrive, à 3215m, et on se réfugie vite dans le petit bivouac insolite pour manger quelques amandes. On attrape au vol un bout de réseau pour choper la météo du lendemain. Redescente par le même itinéraire, piolet en main, un par un… On profite d’une super neige dans le premier couloir puis un peu plus croûtée et pleine de surprises… De retour à la cabane on savoure nos sardines 5 baies et pain au noix en revivant le Massour, c’était trop beau.

Devant la neige annoncée en soirée, toute la nuit, et nos sacs lourds, on décide de rester dans la même cabane plutôt que de passer le pas de la Couletta (http://www.skitour.fr/sommets/pas-de-la-couletta,5044.html) et rejoindre le bivouac Barenghi (http://www.refuges.info/point/1959/abri-non-garde/ubaye/refuge-bivouac-barenghi/). Finalement il neige et il vente dès 14h. Philou commence déjà à rédiger le CR sous forme de rap. Les rimes fusent ça envoie ! Je découpe les emballages de tablettes de chocolat qu’on a par milliers pour fabriquer des cartes à jouer et là, on lamine Philippe au Memory. Allez d’accord on change de jeu. On tente quelques parties de Cactus que nous avait appris un Shabrak pendant notre raid à Névache, Philou n’est toujours pas en grande forme. Allez on change encore, c’est quand même lui l’encadrant, il faut le ménager. On crée une nouvelle monnaie locale à base de bourgeons de mélèze et morceaux de cagettes et commence une partie de Texas hold’em Poker. Notre pauvre encadrant se fait plumer et replumer, malgré des dons généreux, des vols et promesses de remboursements imminents. Bon on arrête là les jeux. Philippe et Pierrot veulent encore aller chercher du bois… Zêtes sérieux là ? C’est la tempête dehors, il faut remettre les chaussures mouillées et tout… Bon OK on y va. Sauf Alexandre qui n’est pas fou et se glisse dans son duvet bien au chaud. On refait les mules, au milieu de la brume. Je m’initie à la scie de Pierrot, ça réchauffe c’est top ! Philippe veut me piquer ma place, chacun son tour comme pour la trace ! Finalement il est déjà l’heure de l’apéro/semoule/soupe et digeo qui brûle. Pierrot complète notre rap de nouvelles rimes. On se couche dans nos odeurs de chaussettes qui fouettent.

Troisième jour, lever 6h, direction le pas de la Couletta et le refuge gardé de Chambeyron. On verra une fois là-bas si l’ascension prévue de la pointe d’Aval (http://m.skitour.fr/topos/topo.php?id=2082) est possible. Il est censé s’arrêter de neiger à 8h et faire beau à 11. Départ 7h30, on trace dans la poudreuse, ça réveille. Il neige et vente toujours. À 8h45 nous sommes au col et aucune amélioration n’est visible. On fait un super selfie au pied du Brec de Chambeyron puis on chausse pour entamer la descente vers le refuge. Les trois sont devant moi, je m’apprête à descendre aussi quand je les vois tous en galère, la tête dans la poudreuse. La pente est vraiment chargée avec un passage à plus de 30° et de la neige accumulée à cause du vent. Notre chef ne le sent pas du tout, il faudra en plus tout remonter plus tard, bon, demi-tour ! On repart donc direction la cabane des Aoupets. La pente est douce et parsemée de requins et baleines bien dissimulés par la neige fraîche et le manque de visibilité… À la cabane on boucle les sacs, fait le ménage et ferme la porte avec tristesse. À bientôt cabane ! On commence la redescente en raquettes, puis petit ride dans une bonne poudreuse de forêt, puis re-raquettes et dernier petit ride jusqu’à l’entrée du village de Fouillouse.

On est de retour et tout va bien ! Il n’est même pas 13h, il neige toujours et tout est fermé au village. On pique-nique, abrités comme des peuchères sur une terrasse pour finir par un bon café à Barcelonette.

Le rap n’a pas encore été terminé, mais vous aurez peut-être la chance de l’entendre un jour ;-).

CLUB ALPIN FRANCAIS MARSEILLE PROVENCE
14 QUAI DE RIVE NEUVE
13007  MARSEILLE
Contactez-nous
Tél. 04 91 54 25 84
Permanences :
Hiver : lundi 16h-18h30 et jeudi 18h-20h30 et Eté : jeudi 18h-20h

Grand Site Sainte Victoire

image Plus d'infos

PNR Sainte-Baume

image Plus d'infos

Parc National des Calanques

image Plus d'infos
Agenda