Carnet de route

Progression 2 = WE#4 "Champsaur"

Sortie :  Groupe Progression 2 (S3) du 24/03/2018

Le 23/03/2019 par yann eouzan

Quatrième week-end des Tocardos, et retour dans le Champsaur.

La neige se fait rare en ce début de printemps, et il va falloir ruser pour ne pas trop porter. Nous nous concentrerons sur des faces Nord, en espérant quand même trouver un peu de moquette.


J1 : Aiguille d'Orcière

Un bel objectif pour commencer le week-end : l’aiguille d’Orcière qui dresse fièrement ses 2793 m en face de la station de Merlette (aujourd’hui entièrement sèche).
La montée commence coquine, dans le lit de la Croze : c’est glace, c’est raide, c’est étroit : un bon exercice de conversions pour nous réveiller !
La trace s’aplatit doucement pour finir la traversée de la forêt de Serre Lune ; on vire au Nord, pour ouvrir la vue sur l’objectif du jour : claire et brillante, l’aiguille nous attend sereinement.
Nous nous callons dans le pipe naturel que forme la Croze, jusqu’au pied de la face.
Vers 2000m la montée commence plus franchement ; on tient bon rythme, en longeant les couloirs de descente. Mais en essayant de prendre les pentes les plus douces, nous ratons la bifurcation vers l’épaule, pour nous retrouver sur l’itinéraire classique, qui part droit dans la face.
C’est ce que nous voulions éviter, mais les conditions du jour nous sont favorables : décision est prise de continuer par ce chemin. Nous traversons quelques plaques sur la pointe des fixes en croisant le club des marmottes, pour arriver à la montée finale, et le paysage s’ouvre sur le Champsaur : le Mourre-Froid, le Piolit, la Coupa, le lac de Serre-Ponçon, le Vieux-Chaillol. Tous nos bons amis sont là.
Mais il est déjà 13h, nous ne voulons pas trainer.
La première partie de la descente nous offre quelques virages dans du 30°, avant de tirer plein Est pour rejoindre les pentes du creux de l’aiguille, qui semblaient mieux enneigées, moins cartonnées.
Quelques virages poudreux, un couloir très travaillé, et déjà nous rejoignons le lit de la Croze. Le relief est joueur : on passe d’un affluent à l’autre, on rejoint la plaine pour replonger dans le pipe. La nature est bien faite.
Avant de redescendre vers l’Ouest, un dernier coup d’oeil sur l’aiguille qui est déjà si loin, et on replonge dans la forêt pour une fin de descente tout terrain, qui nous ramène aux voitures.


J2 : Piolit (Antécime)

Deuxième journée : on rejoint Rouanne Basse, avec pour objectif le Piolit.
La neige est rare le long du torrent du Lautaret, mais suffisante pour garder les skis. On s’élève doucement dans la forêt, le long de l’épaule  qui atteint la pointe de la pourrachière pour ouvrir la vue sur ce magnifique petit cirque a deux cornes  : le Piolit à droite et les Parias plus à l’Est.
On prend le cap plein Sud, pour passer au-dessus du Rocher de la Chabane, qui verrouille l’entrée du vallon. Nous le scrutons au passage, pour trouver un petit couloir ouvert dans la barre rocheuse ; il est possible de le prendre à la descente. Prises de notes photographiques, pour plus tard.
Nous longeons les plaines du Clot des Naïs en grimpant doucement un couloir vers la crête de Bonaparré. Une petite épaule nous permet d’atteindre les 2200 m tranquillement.
Le dernier cap, plein Ouest, nous place en surplomb d’une grande barre rocheuse. La pente s’accentue dans une neige meuble qui rend les conversions délicates et l’exercice intéressant : trouver l’équilibre entre précision, calme, rapidité et efficacité. La chorégraphie des randonneurs. Le premier qui tasse son pied d’appui a perdu.
La fin de la montée est plaquée ; nous redoublons de vigilance, et la crête est atteinte.
Il faut la prendre pour rejoindre le sommet du Piolit, 100 m plus haut. Mais elle est soufflée et instable ; nous décidons d’en rester là.

Malgré l’horaire tardif (début de la descende 12h15), nous parvenons à trouver de bonnes portions de neige printannière sur la descente, en allant chercher les contre-pentes. Un régal.
Nous nous arrêtons sous le col de la Pourrachière : couloir de la Chabanne ou on reste sur du classique ?
Nous ne sommes pas certain de l’itinéraire à suivre pour ce passage, certains ont les jambes lourdes, les pentes réchauffent vite : il semble plus judicieux de rester sur ce que nous connaissons, malgré l’attrait de l’exotisme. 
Nous traçons dans la forêt pour quelques derniers virages  poudreux avant la pause déjeuner. Pour nous récompenser, Jacques nous offre une petite cascade ; soit disant un bâton qui se serait replié de lui-même, l’excuse est faible.
Grand miam au soleil, et on boucle la journée tranquillement.


Encore un week-end pourri au royaume des tocardos.

..................................................................................................................

Compte-rendu complet : https://yeep-agency.com/doc/P2/P2-WE-4-bd.pdf

Album photo : https://photos.app.goo.gl/FBXauLP99ADREa7d6

..................................................................................................................






CLUB ALPIN FRANCAIS MARSEILLE PROVENCE
14 QUAI DE RIVE NEUVE
13007  MARSEILLE
Contactez-nous
Tél. 04 91 54 25 84
Permanences :
Hiver : lundi 16h-18h30 et jeudi 18h-20h30 et Eté : jeudi 18h-20h

Grand Site Sainte Victoire

image Plus d'infos

PNR Sainte-Baume

image Plus d'infos

Parc National des Calanques

image Plus d'infos
Agenda