Carnet de route

À 2 doigts du grand chelem !

Le 17/09/2018 par PATTIER Pierre

Une petite semaine de grimpe…

 

Lundi : après la réunion alpi je ne m’éternise pas à l’apéro, direction Arkose au Prado. Ma première ! J’avais déjà fait un peu de bloc à Alti pour m’échauffer mais là c’est la spécialité de la maison ! Je retrouve Gégé, Fab et Éric H. et ils m’initient à cette pratique. Je m’éclate bien, c’est ludique, on sort des pas dont j’ignorais la possibilité. Vraiment sympa avec une petite ambiance hip-hop qui dynamise le tout.

 

Mardi : jour de repos. Néanmoins dans la journée Pat’ propose une session de Deep water pour la soirée. J’hésite, mais finalement je passe mon tour. J’ai encore un peu d’appréhension depuis ma première expérience, je crains de me faire un gros plat avec une chute sur le dos. Un jour je retenterai…

 

Mercredi : le rendez-vous hebdomadaire à Alti. Bonne session grimpe avec Cécile puis Daniel dont je fais la connaissance par la même occasion. Pour terminer la soirée, l’apéro est bien fourni en petites choses délicieuses.

 

Jeudi : session Immadras avec Sophie. On arrive en fin d’après-midi, ce qui nous laisse le temps de s’échauffer sur quelques voies avant de contempler le coucher du soleil.

Puis la magie s’opère, la lumière du soleil s’éteint peu à peu, laissant place à celle de Marseille qui s’intensifie. On passe maintenant du côté obscur de la force avec de la grimpe sur des parois simplement éclairées par la cité phocéenne. Toute une ambiance …

 

Vendredi : je récupère Gégé et Chaton et on descend au nid d’aigle en même temps que le soleil descend derrière la mer. L’obscurité s’installe et on entame le dîner le temps que la lune se lève. Puis lorsque sa douce lumière vient lécher les parois, on se lance dans quelques couennes. La grimpe est plus dure qu’à Immadras et la luminosité moins puissante, surtout que certaines voies sont encaissées et donc non éclairées. Je dois sortir la frontale à plusieurs reprises, ce qui enlève de la magie… et du confort parce qu’on a une vision moins globale avec la concentration du faisceau lumineux.

Samedi : je rejoins Sandrine Y. à Sormiou. Notre plan initial tombe à l’eau, ou plutôt s’envole. Avec le vent NO qui souffle fort, on bascule à l’abri sur Rumpe Cuou. Après une descente chaotique sur la fin (nœuds de bout de corde du rappel coincés dans une écaille donc descente en bout pour décoincer puis remontée sur corde pour s’installer au relais intermédiaire), on doit faire face aux maîtres du quartier. Ici ce sont les oursins qui font la loi ! Et on le ressent vite avec quelques passages qui « piquent »… Mais ça reste une belle grande voie accessible avec des niveaux variés (4a/6a), un beau mur dans le 6a et le tout dans un paysage somptueux.

Après une pause déjeuner, on vient déranger les oursins dans leur farniente à partir du 2ème tronçon. Encore une belle panoplie avec notamment un beau ressaut et une dalle à fissures horizontales. On sort avec le soleil qui s’apprête à se coucher, magnifique !

Dimanche : Éric Cheval a du abuser de la bibine au CAF le jeudi soir. Sa Promesse des profondeurs ne tient pas, il a zappé qu’on se l’était rencardée pour ce jour. D’un autre côté ça m’arrange, le manque de sommeil de la semaine commençant à bien se faire sentir, ça me permet ainsi de m’octroyer une vraie nuit complète. Ce qui va bien m’aider pour la suite…

On passe au plan B, Antonin est dispo, on part pour le secteur La Tour en tout début d’aprèm. « C’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur », et le Mameluck l’a dressé au fil à plomb ! Mur, traversée dans le gaz, re-mur athlétique… ajoutez à cela les points espacés et les maillons rapides laissés par les cordées précédentes un point sur deux, ça vous met direct dans l’ambiance.

La suite n’en sera pas moins Brèwe. Après un démarrage en douceur, mur avec ressaut, petite traversée ascendante, à nouveau un bon ressaut bien technique et une grande dalle bosselée.

Le meilleur pour la fin : quand on joue faut savoir perdre et ça faisait un petit moment que je me disais qu’il faudrait que je me prépare à m’en prendre un. Dans cette fameuse dalle finale, un pas que je sentais moyen mais j’y vais qu’en même parce que je n’ai rien trouvé de mieux à vue d’œil, j’essaye de charger la pointe des pieds pour ensuite envoyer loin les mains sauf que... les pieds se mettent à glisser, mes mains sont sur des prises peu prononcées et… zip le pingouin ! Retournement de situation, c’est le cas de le dire, je prends rapidement de la vitesse tout en me retournant et au lieu de descendre face à la paroi je me retrouve face au vide ! Sensation surprenante. Pour autant pas eu le temps d’avoir peur tellement ça c’est passé vite. Concentré à prévenir Antonin et à simplement me demander comment et quand ça va se terminer. 5-6 m plus bas tout se fige (oui les points sont espacés et j’étais presque arrivé pour clipper le suivant). Pas de mal, pas de casse, on reprend son souffle avant de remonter affronter le passage, que je vais finalement contourner après une 2ème tentative qui allait déboucher sur la même conclusion.

Voilà tout. Si vous êtes arrivés jusqu’à cette ligne bravo !

Encore un grand merci à chacun des partenaires avec qui j’ai pu partager ces bons moments, cette complicité, ce dépassement de soi et cet émerveillement dans ces magnifiques calanques.

Et au plaisir de remettre ça, mais je vais d’abord un peu me reposer…

 

Pierre






CLUB ALPIN FRANCAIS MARSEILLE PROVENCE
14 QUAI DE RIVE NEUVE
13007  MARSEILLE
Contactez-nous
Tél. 04 91 54 25 84
Permanences :
Hiver : lundi 16h-18h30 et jeudi 18h-20h30 et Eté : jeudi 18h-20h

Grand Site Sainte Victoire

image Plus d'infos

PNR Sainte-Baume

image Plus d'infos

Parc National des Calanques

image Plus d'infos
Agenda