Carnet de route

Randos alpines dans le Queyras - Rocher Eissassa et Roche Noire

Sortie :  Rocher EIssassa du 21/10/2017

Le 06/11/2017 par PATTIER Pierre

Samedi 21 octobre (±1248)

Après le covoiturage du vendredi soir qui nous a amené au gîte Notre-Dame de l’Estelle près de Ceillac vers 23h et une courte nuit achevée à 6h15, nous voici 2 (Timur et Pierre) à rejoindre le parc de stationnement de Fond de Chaurionde (1967 m).

Il est 7h40, le jour commence à se lever dans la fraicheur de la nuit et l’on entame la randonnée en direction du Col Tronchet. On quitte rapidement les mélèzes pour continuer dans des pentes enherbées. Aux alentours des 2400 m on quitte le chemin pour se diriger vers le Rocher de l’Eissassa. On longe à flanc 2 mamelons surplombants les pierriers qui descendent du Rocher.

À 10 h on est à 2750 m, on a passé le 2ème mamelon et on s’équipe avec les baudriers et les piolets avant d’entamer l’ascension d’un couloir qui sert de toboggan aux pierres qui déboulent du haut. L’ascension se fait par tronçons un par un pour éviter que les pierres qui glissent sous les pas du premier ne viennent percuter le second.

Au sortir du couloir 150 m plus haut, on gravit maintenant une vaste lande de pierres et le soleil commence enfin à percer les quelques nuages pour venir nous réchauffer. On atteindre la crête que l’on longe rapidement et nous voici au sommet du Rocher de l’Eissassa (3048 m – 11h30).

Un rapide tour du panorama et l’on entame la descente qui s’effectue sans soucis jusqu’à l’entrée du couloir. À celle-ci on s’encorde et on va maintenant descendre par intermittence, le second qui est en aval devant se trouver une plateforme à l’abri pour éviter de recevoir les cailloux mis en mouvement par le premier lors de sa descente.

La fin du couloir se fait rapidement, on a arrêté de s’encorder et on se laisse glisser avec les cailloux.

13h00, pause rapide pour se déséquiper et grignoter un bout. On est toujours dans le grand pierrier mais à 13h40 on le quitte en rejoignant le chemin de l’aller. On est a environ 2500 m et on termine la montée au col Tronchet (2667 m) pour 14h00. À nouveau un point panorama et à 14h20 on prend le chemin du retour dans les magnifiques couleurs dorées des mélèzes pour rejoindre la voiture à 15h45.

Soirée sympathique et riche de discussions avec nos hôtes qui nous accueillent chez eux pour le dîner.

 

Dimanche 22 octobre (±1079)

Le lever s’effectue un quart d’heure plus tôt que la veille et à 7h45 on démarre du parc de stationnement côtoyant la Bergerie du Bois Noir (2055 m). Notre progression est accompagnée du jour qui se lève mais les nuages de brume restent accrochés aux montagnes.

À 9h30 nous sommes dans la combe sous le Col de Clausis et nous bifurquons pour le ravin de Clausis qui longe le pierrier descendant du Péouvou et va nous mener au Col des Ugusses. Le sentier devient de plus en plus difficile à suivre lorsque l’on entame la partie pierrier sous le Col des Ugusses. Il faut trouver les cairns qui sont parfois très distant et le brouillard n’est pas là pour aider. Pour couronner le tout, la température dégringole au fur et à mesure de l’ascension, les pierres gelées deviennent glissantes et j’ai beau mettre mes gros gants, mes doigts restent engourdis et douloureux. Je commence à me demander pourquoi je ne suis pas resté chez moi…

Nous arrivons au col à 10h50 (2988 m) et nous découvrons la face sud qui connait un peu plus le soleil… On descend à peine pour longer la crête sous un vent glacial qui nous lacère le visage. Après les mains j’ai maintenant l’impression que c’est la peau de mon visage qui va se déchirer tellement elle se crispe sous la morsure du froid. Heureusement, on arrive vite au pied de la Roche Noire et on trouve un endroit abrité pour s’équiper et s’encorder. Étonnement, pour l’ascension le vent se fait moins ressentir et ce n’est pas déplaisant. Il est midi quand on arrive au sommet (3134 m) et l’on entraperçoit des morceaux de paysage entre les bancs de brouillard.

On ne s’attarde pas et on redescend toujours encordés jusqu’à l’endroit abrité. On se déséquipe et on relonge la crête pour s’arrêter faire une petite pause et grignoter sous le col. On repasse celui-ci et le chemin de retour est plus simple, surtout que le soleil s’est maintenant dévoilé.

En passant à l’Étable des Génisses (2156 m), on croise le berger et on s’arrête discuter 5 minutes avant de terminer le dernier tronçon qui nous ramène au point de départ pour 16h00.

Un détour par le gîte pour boire un café avec nos hôtes et récupérer nos affaires avant de prendre la route du retour.

Pierre

CLUB ALPIN FRANCAIS MARSEILLE PROVENCE
14 QUAI DE RIVE NEUVE
13007  MARSEILLE
Contactez-nous
Tél. 04 91 54 25 84
Permanences :
Hiver : lundi 16h-18h30 et jeudi 18h-20h30 et Eté : jeudi 18h-20h

Grand Site Sainte Victoire

image Plus d'infos

PNR Sainte-Baume

image Plus d'infos

Parc National des Calanques

image Plus d'infos
Agenda